Après ses études à Londres, Laurent Naouri est rapidement engagé sur de nombreuses scènes nationales puis internationales.

Son répertoire particulièrement diversifié comporte une quarantaine de rôles, depuis les premiers baroques jusqu’aux opéras contemporains.

Plusieurs incarnations vont marquer sa carrière, les Quatre Rôles Maléfiques (Les Contes d’Hoffmann) à Paris, Madrid, Orange, Milan et Barcelone, Golaud (Pelléas et Mélisande) au Théâtre des Champs-Elysées sous la direction de Bernard Haitink, Glasgow, Salzbourg, Berlin avec Simon Rattle, Madrid et Barcelone, le Comte Almaviva (Le Nozze di Figaro) à Aix-en-Provence et Tokyo, le rôle-titre de Falstaff à Lyon, Santa Fe et Glyndebourne, Sharpless (Madama Butterfly) au Metropolitan Opera de New York, ou encore Germont (La Traviata) à Santa Fe, Tokyo et Dallas.

Plus récemment, il interprète le rôle de Golaud (Pelléas et Mélisande) dans une version de concert avec le Philharmonia Orchestra et à Los Angeles, Fieramosca (Benvenuto Cellini) à Amsterdam, les Quatre Rôles Maléfiques (Les Contes d’Hoffmann) au Metropolitan Opera de New-York et Méphistophélès (La Damnation de Faust) à l’Opéra de Lyon ainsi qu’avec le Dallas Symphony Orchestra, le Marquis de la Force (Dialogues des Carmélites) au Bayerische Staatsoper de Munich . Il vient de reprendre le rôle de Golaud (Pelléas et mélisande) au Festival d’Aix-en-Provence et d’interpréter le rôle de  Ruprecht (L’Ange de Feu) à l’Opéra National de Lyon, Capulet (Roméo et Juliette) à New York,  Somarone (Béatrice et Benedict), le rôle de Vautrin dans la création de l’Opéra Trompe la Mort composé par Luca Francesconi à l’Opéra de Paris et Mamma Agata (Viva La Mamma) à L’opéra National de Lyon.

Il se produit également en Récital aux côtés de Natalie Dessay et Maciej Pikulski avec un programme dédié à la Mélodie française.

Parmi ses projets, il sera au Metropolitan Opera de New York, il interprétera les rôles de  Pandolfe (Cendrillon) et les Quatre Diables (Les Contes d’Hoffmann), le rôle du Grand Prêtre (Samson et Dalila) au Théâtre des Champs-Elysées, Don Gaspar (L’Ange de Nesida) à Covent Garden.