irene_duvalLa violoniste Irène Duval, née en 1992 d’un père français et d’une mère coréenne, est présentée comme « une artiste de grand talent » (Deutsche Freie Presse) pour « l’infinie délicatesse » (Le Populaire du Centre) et pour « la virtuosité époustouflante » (ResMusica, Prades) de son jeu.

Lauréate de plusieurs concours internationaux, elle se produit en soliste aussi bien en France qu’à l’étranger. Parmi ses engagements de concerts figurent des représentations avec le Sinfonia Varsovia à la Folle Journée de Nantes dirigé par Maxim Emelyanichev et celui du Japon dirigé par Robert Trevino, la Dresdner Philharmonie au Kulturpalast de Dresde sous la direction de Michael Sanderling, avec l’Orchestre de la Garde Républicaine, avec la Chursaesische Philharmonie de Bad Elster, avec l’Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence à l’Opéra Théâtre d’Avignon, avec l’orchestre de Caen, l’Orchestre d’Auvergne…

Irène se produit régulièrement en récital et musique de chambre avec le pianiste Pierre-Yves Hodique, Aurélien Pascal, et forme le duo La Rose et le Réséda avec le violoniste Virgil Boutellis. Elle participe à de nombreux festivals : Festival de Prades Pablo Casals, Festival de Musique de Chambre à Giverny, Festival de Pâques de Deauville, Festival 1001 notes, Salon Livres et Musiques de Deauville, La Folle Journée de Nantes, La Folle Journée au Japon, Festival de la Roque d’Anthéron, Festival Les Vacances de Monsieur Haydn…

En 2009 et 2010, Irène obtient le 1er prix à l’unanimité ainsi que le prix du public au Concours International de Violon d’Avignon, deux prix spéciaux lui sont attribués à la 1ère édition du Concours International de Violon de Mirecourt: “Personnalité la plus remarquable”, et “Meilleure interprétation de la sonate française” pour son interprétation de la sonate de Poulenc. Elle remporte, en mai 2011, le 1er prix du 46ème Concours International Instrumental de Markneukirchen en Allemagne, dans le concerto pour violon de Beethoven, et y reçoit également le prix spécial Manfred-Scherzer pour la meilleure interprétation de l’oeuvre imposée de Max Reger. Son interprétation du concerto de Beethoven fut largement ovationnée par le public et le jury, et la presse allemande Freie Presse parle dans sa critique d’un «Beethoven au Paradis», tel « un chant venu des anges » dans le deuxième mouvement…

En 2012, Irène obtient le prix du concours Appassionato Joël Klépal à Caen, et obtient une bourse de la Fondation Meyer. Elle est soutenue par la Fondation SAFRAN pour la musique, la Fondation de l’Or du Rhin, et depuis 2013, Irène est une des lauréates de la Fondation d’Entreprise Banque Populaire. Elle a été nommée Révélation classique de l’Adami 2013.

Irène débute le violon à Hong Kong à l’âge de sept ans avec Agnes Kwasniewska. Elle a étudié avec Jean-Jacques Kantorow, Suzanne Gessner, puis en mars 2008, elle est admise au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) dans la classe de Roland Daugareil, et Daria Hovora en musique de chambre. Elle obtient son Diplôme de 1er cycle supérieur de musique de chambre mention très bien à l’unanimité avec la pianiste Charlotte Coulaud en 2012, et son Diplôme de Master en Violon en mai 2013, avec la mention très bien à l’unanimité et félicitations du jury. Irène poursuit actuellement ses études en cursus de Further Master Studies de la prestigieuse Kronberg Academy en Allemagne, dans la classe de Mihaela Martin.

Irène joue sur un violon de Jean-Baptiste Vuillaume de 1850, copie du Stradivarius le Sancy.