Le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns, et Jurassic Trip de Guillaume Connesson, concert-spectacle mis en espace, Jérôme Pernoo, musiciens du Centre de musique de chambre de Paris, salle Cortot à 21h, du jeudi 21 novembre au samedi 7 février, Ryo Kojima, Jeroen Suys, Anna Sypniewski, alto, Léo Guiguen, violoncelle, Chloé Lucas, contrebasse, Fanny Laignelot, flûte, Elsa Loubaton, clarinette, Natasha Roqué Alsina, piano, Ilan Zajtman, piano, Jean-Baptiste Bonnard, percussions, Jérôme Pernoo, Elsa Rooke, sur des textes de Francis Blanche et Ivan Alexandre.

Durée du spectacle : 1 heure

 

Un concert-spectacle autour du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns (1835 – 1921), sur les paroles de Francis Blanche et de Jurassic Trip de Guillaume Connesson (1970), sur les paroles d’Ivan A. Alexandre

Écrire un pastiche musical pour le Mardi gras, telle est bien l’intention de Camille Saint-Saëns, compositeur sérieux, lorsqu’il compose en 1886 son Carnaval des animaux, traité de puéril à sa création. Près d’un siècle plus tard, Guillaume Connesson reprend l’idée à son compte et choisit pour se livrer à ses détournements musicaux, avec les féroces et terrifiants animaux préhistoriques, dans la même instrumentation. Comment résister alors à l’idée de faire dialoguer les animaux du jardin des plantes avec ceux d’une ère préhistorique vue par le XXIe siècle ?

Pour cela, tout d’abord, les jeunes talents du Centre de musique de chambre, réunis spécialement, s’affranchiront des partitions en jouant par cœur les œuvres entremêlées pour mieux bouger sur scène et dans le public. Puis, la voix enregistrée d’Elsa Rooke contera les paroles de Francis Blanche et celles d’Ivan A. Alexandre sur la création du monde. Des jeux de lumière, de couleurs, de bruitages plongeront les spectateurs dans l’aquarium féérique de Saint-Saëns ou dans les marécages brumeux de Guillaume Connesson. Vols en rase-motte de ptérodactyles, images de tyrannosaures vivants, fumée, rien ne manquera à ce conte musical, où Rameau, Glück, mais aussi Offenbach, Mendelssohn, Rossini… rivaliseront avec Florentz, Landowski… ou Escaich.

Un pays pas si lointain où l’on glousse, braie, rugit, attaque et où chacun se nourrit volontiers d’un plus petit que soi… Un Carnaval des animaux… préhistoriques, pour mieux rire de la musique et jouer à se faire peur !

Pour en savoir plus, visitez l’exposition virtuelle en cliquant ici

Vente de billets en ligne