En partenariat avec la Fondation Jaroussky

Robert Schumann :
Fünfe Lieder op.40
Clara Schumann-Wieck :
Volkslied
O weh des scheidens
Sie Liebten sich beide
Robert Schumann :
Sechs Gedichte und Requiem op.90

Malgré les 10 ans qui séparent les deux opus, ce récital est placé sous le signe de l’étrangeté, à l’image de l’esprit troublé de Robert Schumann.
Ce-dernier écrit l’opus 40 en juillet 1840 sur des poèmes de Hans Christian Andersen, surtout connu aujourd’hui pour ses contes. Dans une lettre au poète, Schumann écrit que le caractère déroutant de ses compositions n’est que le reflet de celui qu’il retrouve dans les poèmes.
Dans l’opus 90, écrit sur des poèmes de Lenau en 1850, alors que Schumann est particulièrement anxieux et tourmenté, le compositeur brise la forme pour laisser place à une musique qui fonctionne par fragments, comme des souvenirs, laissant planer une ambiance mystique, gardant malgré tout son unité tonale. On y voit tantôt l’image du couple Robert/Clara pris entre leur passion et la folie grandissante de celui-ci, tantôt l’image de l’artiste solitaire angoissé et superstitieux.
Apprenant d’une rumeur erronée la disparition de Lenau, Schumann, dévasté par la mort de son frère d’âme, compose
Requiem, bouleversant épilogue de l’opus. Cruelle ironie du sort ajoutant au caractère énigmatique du cycle : trois semaines après son achèvement, le jour même de sa création publique, Lenau succombe d’une attaque cérébrale.
Ces deux cycles étonnants sont mis en regard avec trois lieder de Clara Schumann-Wieck qui viennent compléter le tableau d’un couple où la passion des années 1840 laisse place, dix ans plus tard, à la mélancolie et au souvenir.

Vente de billets en ligne